• Fontaine des Innocents

    La fontaine, située au centre de la place, est l'oeuvre de Jean Goujon et de Pierre Lescot. Ils la concevront sous forme d'un autel dédié aux nymphes. Trois arcades d'ordonnance corinthienne s'encadrent dans des pilastres contre lesquels se dressent les corps voilés des nymphes et des naïades. L'édifice réalisé pour l'entrée à Paris du roi Henri IV entre 1546 et 1549, remplacera une fontaine remontant à l'époque de Philippe Auguste. Au coeur de ce qui était un quartier médiéval au XVIème siècle, où la vie et la mort se côtoyaient quotidiennement, cette fontaine incarnait l'esprit de la Renaissance. La suppression du cimetière entraînera son déplacement. Elle était, à l'origine, installée contre un mur à l'angle de la rue Saint Denis et de la rue aux Fers (rue Berger aujourd'hui). Le sculpteur Pajou sculptera la quatrième face, en 1788, en prenant pour modèle la statue de la Paix de Goujon que l'on peut admirer aujourd'hui au Musée du Louvre. En 1810, on ajoutera aux quatre coins des bornes pour que les porteurs d'eau à bretelles puissent s'approvisionner. En 1858 enfin, Davioud déplacera la fontaine de quelques mètres jusqu'au square des Innocents érigé à la place du marché.
     
     

    votre commentaire
  • Statue près d'une des entrées de l'Eglise St Eustache

    Jenny et Phil s'y reposent le temps d'une photo...


    votre commentaire
  • Gargouilles de Notre-Dame de Paris


    votre commentaire
  • Notre Dame de Paris est un rêve de pierre. Le rêve d'un homme, Maurice de Sully, évêque de Paris en 1160. Près de deux siècles sont nécessaires à l'édification de ce chef-d'oeuvre de style gothique. Les architectes - Jean de Chelles puis Pierre de Montreuil - sont chargés de mener à bien ce projet pharaonique. Achevé vers 1340, cette cathédrale devient le théâtre d'événements historiques majeurs avec entre autres le dépôt de la Couronne d'épines par Saint-Louis en 1239 et le procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc. En 1793, les 28 têtes des rois de Juda et d'Israël situées sur l'un des portails sont décapitées... les Révolutionnaires les avaient pris pour les rois de France ! La façade principale de Notre Dame est composée de trois portails : celui de la Vierge, du Jugement dernier et de Sainte-Anne. Surplombant cet ensemble, les tours abritent d'une part une cloche de 13 tonnes, d'autre part un escalier de 387 marches avec une vue grandiose sur Paris et l'île de la Cité. Avec leurs têtes monstrueuses, les gargouilles, réalisées par l'architecte Viollet-le-Duc, donnent une pointe d'humour au monument. A l'intérieur la finesse des rosaces, des verrières et des bas-reliefs est tout aussi saisissante. Une plaque au sol, à la croisée du transept, rappelle qu'en 1886 Paul Claudel touché par la foi, s'est converti en ce lieu. "Notre Dame de Paris", le roman de Victor Hugo, publié en 1831, achève d'immortaliser la cathédrale.


    votre commentaire
  • Présentée comme la plus vaste fontaine jamais construite depuis les bassins du Trocadéro en 1937, la Fontaine Stravinsky se distingua dès son inauguration en 1983 par la volonté affichée des commanditaires et de ses concepteurs, Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle, de réconcilier la création artistique et le public de la rue.

    Un thème général, le «Sacre du Printemps» d’Igor Stravinsky, fut retenu pour la conception de ce bassin rectangulaire peu profond peuplé de seize sculptures animées lancées dans une véritable représentation théâtrale comme autant d’artistes sur la piste d’un cirque.

    La Vie, sorte de corne d’abondance qui donne à elle seule le thème général est placée au centre du bassin. Gravite autour une multitude d’autres compositions parmi lesquelles nous citerons Clé de sol, hommage à la musique, et La Mort, squelette dont les membres de métal animent un crâne blanc.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique